L’homme qui a écrit le passage que je vous propose de méditer ce matin s’est senti lui aussi au bout de sa vie. Il déclare qu’il allait chuter, défaillir, il se sentait tourmenté, il avait l’impression que sa vie allait basculer.
Dans un sens différent que ce que je pouvais ressentir cette nuit de fête, il se sentait au bout de sa vie… de sa vie spirituelle, de sa relation avec Dieu. Il était en plein doute, en pleine crise de foi.