Il a couru, soulevant derrière lui un nuage de poussière.

Il s’est jeté par terre, genoux au sol, la tête dans les cailloux, et sans même reprendre son souffle,
il lui a demandé :

« Bon maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? »

On lit ce passage maintes et maintes fois, mais je trouve qu’il y a dans cette question une  contradiction :

« Que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? »

Que peut-on faire pour hériter ? Rien. Il faut être fils ou fille. C’est tout.