Heureux, bienheureux est l’homme
Qui ne cherche pas conseil auprès des gens en révolte, Qui ne s’en va pas flâner sur le sentier des pécheurs,
Qui ne va pas s’installer en compagnie des moqueurs. Heureux, bienheureux celui
Qui met sa joie, son bonheur dans le livre du Seigneur
Et s’imprègne de ce livre nuit et jour, et jour et nuit.
Il est ferme comme un arbre planté près d’un courant d’eau,
Qui donne toujours son fruit quand vient le moment voulu, Et, sans cesse, sa ramure, sans se faner, refleurit.
Tout ce qu’il a entrepris, il le réussit.
Tels ne sont pas les méchants,
Ils sont pareils à la balle éparpillée par le vent.
Aussi, lors du jugement, ils ne subsisteront pas.
Nul pécheur ne paraîtra au Rassemblement des justes
Car le Seigneur prend en charge la voie suivie par les justes,
Mais le sentier des méchants est un chemin sans issue.